http://www.esa.int/fre/ESA_in_your_country/France/L_atterrisseur_Philae_de_Rosetta_est_sorti_d_hibernation

 

 

Philae_touchdown_node_full_image_2

Philae, l’atterrisseur de Rosetta, s’est réveillé après sept mois d’hibernation sur la surface de la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Les signaux ont été reçus le 13 juin à 22h28 CEST par le Centre européen des opérations spatiales de l’ESA à Darmstadt. Plus de 300 paquets de données ont été analysés par les équipes du Centre de contrôle de l’atterrisseur au Centre allemand pour l’aéronautique et l’aérospatiale (DLR).

« Philae va très bien : sa température de fonctionnement est de -35°C et il a 24 watts à sa disposition, » explique Stephan Ulamec, responsable de l’atterrisseur Philae pour DLR. « L’atterrisseur est opérationnel. »

Philae a « parlé » pendant 85 secondes avec son équipe via Rosetta, pour la première fois depuis son entrée en hibernation au mois de novembre.

Après analyse des données, il est apparu que Philae ne vient pas seulement de se réveiller : « Nous avons également reçu des données historiques – jusqu’à maintenant, cependant, l’atterrisseur n’avait pas été capable de nous contacter ».

Les scientifiques attendent maintenant le prochain contact. Il y a encore plus de 8000 paquets de données dans la mémoire de masse de Philae, qui donneront à l’équipe de DLR des informations sur ce qui est arrivé à l’atterrisseur au cours des jours précédents sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko.

Philae s’était éteint le 15 novembre 2014 à 1h15 CET après une soixantaine d’heures d’opérations sur la comète. L’unité de communication sur l’orbiteur Rosetta était allumée et à l’écoute de l’atterrisseur depuis le 12 mars 2015.

Rosetta est une mission de l’ESA, menée grâce aux contributions de ses États membres et de la NASA. L’atterrisseur de Rosetta, Philae, a été fourni par un consortium piloté par le DLR, le MPS, le CNES et l’ASI. 

Pour plus d’informations, merci de consulter cet article de blog (en anglais)